Photo Tout savoir sur le conseiller en investissement financier

Tout savoir sur le conseiller en investissement financier

L'investissement dans les placements mobiliers n'est pas chose aisée, surtout lorsque le choix du support adéquat rend le repérage nettement difficile. Spécialiste de l'épargne et acteur indépendant de produits bancaires et financiers, le conseiller en investissement financier ou CIF dispose d'un statut visant à renforcer la protection des investisseurs en les encadrant dans les bonnes démarches à suivre en vue de la commercialisation des produits financiers. Quel genre de services peut-il apporter aux clients ? Quels sont ses principaux engagements ? Zoom sur le métier de CIF.

Les missions du CIF

Le conseiller en investissement financier est une personne dont la principale tâche consiste à protéger les investisseurs, mais aussi d'assister ou de conseiller un particulier dans la gestion de son patrimoine. Pour ce faire, il demande au client des informations détaillées et précises sur sa situation financière, ses connaissances et expertises en matière financière, mais surtout, de définir l'objet de son investissement avant d'élaborer des recommandations personnalisées en fonction de la situation.

A Londres comme en France, nombreux sont les CIF à coacher les célébrités dans leurs projets d'investissement et de gestion de patrimoine. Ainsi, il peut fournir des propositions portant sur : « Le conseil en investissement » qui regroupe les actions, les obligations, les instruments financiers, les actions de SICAV… etc. « Le conseil sur l'investissement financier » comme la réception, la transmission, l'exécution d'ordres pour le compte d'un tiers, ou l'opportunité d'appeler une société de gestion de portefeuille.

« Le conseil sur la réalisation des opérations » pour divers biens, des œuvres d'art, viager… etc. Par ailleurs, un CIF peut également accompagner les entreprises. Dans ce sens, son rôle sera alors d'élaborer des conseils sur les acquisitions et cessions d'entreprises, mais aussi les levées de fonds.

Les obligations et engagements du CIF

A l'image de Frédéric Hottinger, le succès du CIF repose sur le respect de quelques règles de bonne conduite ayant pour but de mener à bien sa mission et ainsi favoriser la protection des investisseurs. A cet effet, le CIF s'engage à réaliser un devoir d'accompagnement et de transparence infaillible afin de préserver son image vis-à-vis de ses clients.

Pour atteindre ses objectifs et servir au mieux ses clients, le CIF se doit donc de respecter les obligations suivantes :

  • Fournir aux clients toutes les informations sur son statut : statut de CIF, numéro d'immatriculation au registre de l'ORIAS, l'identité de l'association professionnelle dont il fait partie,…etc.
  • Rédiger une lettre de mission qui définira la prise de connaissance pour le client de la présence de cette lettre, la nature et les modalités de la prestation, les modalités de rémunération du CIF. Elle devra être rédigée en double exemplaire et doit comporter la signature des deux parties.
  • Formaliser ses recommandations dans un rapport écrit justifiant les propositions avancées, ainsi que les avantages et risques qu'elles peuvent subir.

Les atouts qu'un CIF devra avoir

Outre, les formalités administratives et principales missions qu'un CIF devra réaliser pour bien entretenir sa collaboration avec ses clients, il devra aussi être doté d'autres critères qui ne feront que renforcer son image. Si Frédéric Hottinger a connu un vrai succès dans le domaine de la finance, c'est parce qu'il a su accompagner ses clients dans le cadre de la transparence.

C'est dans cette même perspective qu'un CIF a l'obligation de se comporter avec loyauté envers ses clients afin de garantir le succès de son activité. Combiné avec l'efficacité, l'expérience dans le cadre de l'investissement financier, et la possession des ressources adéquates, cet état d'esprit désigne le point fort du CIF et le rendra efficace et digne de confiance dans l'élaboration de ses conseils.